L’avenir des plateformes de partage coopératives

La majeure partie de l’économie de l’Internet est toujours aux mains d’une poignée d’acteurs, comme Apple et Google. Mais des plateformes de partage comme Uber et Airbnb sont en train de conquérir très rapidement leur part du gâteau numérique. Et leur modèle pourrait bien un jour s’imposer dans toute l’économie. Trebor Scholz, père fondateur du platform cooperativism, appelle donc à développer de toute urgence une économie du partage démocratique et juste.

L’économie numérique classique semble être solide mais se montre en fait fragile. Celle-ci est concentrée dans les mains de quelques acteurs (Microsoft, Apple, Amazon et Google). Après la seconde guerre mondiale, les inégalités se sont réduites, les salaires étaient élevés et les impôts ont permis des infrastructures de qualité. À partir de 1978, les inégalités ont augmenté, et la productivité s’est aussi accrue alors que les salaires sont restés stables. Le taux de chômage était haut et les dettes publiques se sont aggravées. Ce fut une période d’instabilité financière. Il y a eu une diminution de l’emploi direct et une dégradation écologique accrue. Le système économique était particulièrement profitable au 1 % de la population la plus riche. Le nombre de syndicats a lui aussi diminué.

En 2008, les marchés financiers se sont écroulés. Ce fut également le début de l’économie du partage, l’économie collaborative. Ce nouveau domaine n’a pas encore prouvé sa capacité à être rentable à l’heure qu’il est, et a engendré une série d’effets négatifs : exposition de la vie privée, conflit avec les lois locales, mise en concurrence avec les infrastructures publiques… Cette économie crée un modèle de réorganisation du travail qui pourrait se répéter dans l’économie entière.

L’internet a évolué à l’opposé de ce que ses inventeurs souhaitaient : les internautes sont devenus des consommateurs plutôt que des acteurs, creusant encore les inégalités. Des pistes crédibles d’amélioration telles qu’une taxation globale et un revenu universel sont attrayantes mais comment y arriver ? Il faut développer un nouveau récit : comme l’économie du partage promeut un message d’intimité et de communauté (alors que ce qui lui importe est l’extraction de la valeur), il est nécessaire d’introduire une transition structurelle autour de l’ensemble des solutions requises pour faciliter la transition (les plateformes coopératives étant l’une de ces solutions).

Les plateformes coopératives se caractérisent par une copropriété des parties prenantes et une participation démocratique de ces dernières. Ces types de plateformes semblent se développer particulièrement bien dans les secteurs de l’aide à domicile et de la propriété des données. Des exemples comme Green Taxi à Denver, le rachat potentiel de Twitter par un collectif de particuliers, midata.coop, les villes sanctuaires, fairmondo, upandgo.coop et Stocksy font partie des sources d’inspiration de ce mouvement.

Notre société évolue et acquière de nouveaux besoins qui ne sont pas encore couverts. Un consortium comprenant des individus et diverses institutions verra le jour pour soutenir encore mieux ce mouvement, car l’effort devra être collectif. Les plus grands défis sont : le marketing, l’effet réseau, la proposition de valeur, le leadership et la législation.