8 propositions pour l’Europe

En tant que membre de Cooperatives Europe, branche européenne de l’Alliance Coopérative Internationale, Febecoop soutient le document de plaidoyer déposé par cette dernière et plaide pour une Europe qui promeut une économie réelle au service des personnes plutôt que des marchés financiers ; une Europe à l’économie dynamique, innovante et ouverte à tous les modèles d’entreprises ; une Europe qui outille et donne toutes leurs chances aux jeunes entrepreneurs ; une Europe qui soutient les start-up et les entreprises centrées sur l’humain.

Promouvoir la diversité des formes d’entreprise et veiller à ce que les coopératives soient pleinement reconnues comme des acteurs du champ économique est notre priorité, tant dans les politiques de soutien à l’entrepreneuriat ou à l’esprit d’entreprise que dans les programmes de formation des entrepreneurs de demain.

Nous reprenons ci-après intégralement le document de plaidoyer de Cooperatives Europe (ce document existe uniquement en anglais ; traduction française réalisée par nos soins).

Télécharger le document.

1. Le pouvoir de la coopération: un succès européen

Les coopératives sont des acteurs de premier plan dans la construction de l’Union européenne. La contribution des coopératives au fil du temps a été double. D’une part, elles promeuvent des valeurs qui ont été au cœur de la construction européenne et d’autre part, elles traduisent ces valeurs en opportunités concrètes pour des millions de citoyens européens.

Les entreprises coopératives sont détenues et gérées par leurs membres (consommateurs, producteurs, salariés ou communautés locales) qui ont une voix égale dans la gestion des affaires et la manière dont les profits sont partagés. Ils en existent de toutes les tailles, des microentreprises aux grandes entreprises, et elles explorent sans cesse de nouvelles formes d’entrepreneuriat, telle l’économie collaborative. Elles opèrent dans tous les secteurs de l’économie, de l’industrie aux services, de la santé au logement, de l’agriculture aux secteurs financiers, et de l’énergie à la culture. Les entreprises qui exercent leurs activités de manière démocratique, durable et sociale, à l’instar des coopératives, contribuent à la construction d’une économie sociale plus large. Sans surprise, elles sont également dans une position primordiale pour soutenir la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et du Programme 2030 en l’Europe.

 Cooperatives Europe, l’organisation intersectorielle européenne promouvant le modèle d’entreprise coopérative, représente 140 millions de coopérateurs membres individuels, regroupe 176 000 entreprises coopératives et fournit des emplois à 4,7 millions de citoyens européens.

2. Une Union pour le citoyen, par le citoyen

Même si elles sont ancrées localement, l’Europe importe pour les coopératives. Le projet européen a été créé sur la base des valeurs de démocratie, de solidarité et de droits de l’homme. Au cours de son histoire, l’Union européenne (UE) a été pionnière en matière de normes sociales, économiques et environnementales, et marquée par de grandes réalisations fondées sur la coopération. Dans le même temps, la capacité de l’UE à faire face aux grands problèmes actuels, tels que le changement climatique, l’inégalité croissante, le chômage et la crise migratoire, est maintenant remise en question. En outre, la montée des mouvements anti-européens rend encore plus difficile la tâche de l’UE sur ces questions.

Cooperatives Europe soutient une vision politique de l’Europe centrée sur les citoyens – les plaçant de manière inclusive au centre de ses préoccupations et construisant une communauté forte de nations qui, respectueuses de la diversité, refusent de se replier sur elles-mêmes. Les coopératives, ensemble avec d’autres entreprises de l’économie sociale, sont des entreprises résilientes et compétitives qui répondent aux besoins de leur membres et/ou de la société. Elles sont capables de proposer des solutions communes pour faire face aux défis présents et futurs, ainsi que de promouvoir la cohésion sociale ainsi que la croissance et le développement durables.

3. Priorités clés des coopératives

Après un dialogue et une réflexion approfondis avec ses membres, et éclairée par les travaux du Parlement européen et autres institutions de l’UE, Cooperatives Europe a défini un programme de haut niveau pour les décideurs européens, assorti d’un ensemble de recommandations d’action interdépendantes.

  1. L’économie sociale devrait être reconnue comme un segment clé de l’économie visant en particulier  à catalyser la cohésion sociale.
  2. Le socle européen des droits sociaux (European Pillar of Social Rights – EPSR) devrait rester une priorité absolue de l’agenda politique européen, en particulier en ce qu’il vise à assurer l’égalité des chances et l’inclusion. Les investissements sociaux et la législation relative aux droits sociaux devraient être encouragés comme moyens de mise en œuvre.
  3. Les politiques d’entrepreneuriat devraient être encouragées à travers la diversité des modèles d’entreprise, en tenant compte, par exemple, des spécificités des coopératives dans la conception d’actions telles que le financement ou l’éducation. Pour ce faire, un cadre réglementaire approprié et habilitant pour les coopératives devrait être mis au point afin de garantir des conditions de concurrence équitables.
  4. En matière d’égalité des sexes et d’entrepreneuriat féminin, les coopératives devraient être reconnues comme des acteurs importants pour l’autonomisation des femmes entrepreneurs, ainsi que comme l’une des formes d’entreprises privilégiées par plusieurs États membres pour offrir des possibilités d’emploi favorisant l’égalité des sexes.
  5. L’économie collaborative, afin de se développer de façon juste et durable, devrait bénéficier d’un cadre juridique européen positif, préservant et stimulant l’émergence de modèles coopératifs innovants.
  6. En matière de développement international hors de l’UE le modèle coopératif devrait être utilisé pour renforcer le secteur privé local, de manière à maximiser l’impact et les avantages pour la planète et les populations. Cela inclurait une reconnaissance explicite des coopératives dans le plan d’investissement extérieur de l’UE.
  7. Investir dans la jeunesse afin de donner aux jeunes la possibilité de développer des projets d’entrepreneuriat coopératifs.
  8. Construire une économie pour l’avenir. L’Europe devrait prendre de nouvelles mesures décisives pour parvenir à une économie durable et soucieuse de l’environnement- ce en y associant toutes les parties prenantes de la société – et à une économie axée sur le citoyen, capable de trouver un meilleur équilibre entre le local et le mondial.

En conclusion, nous appelons à un dialogue permanent et constructif avec les institutions européennes afin de construire l’Europe de demain.

Télécharger le document

Publié

Retour au sommaire